top of page

L'eau primaire : l'autre hydrologie


"C'est quand il y a un besoin en eau, et non pas de l'avidité, que l'eau se laisse découvrir. " - poète inconnu

Qu’est-ce que l’eau primaire ?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on parle tant de la crise de l’eau ? La planète Terre n’est-elle pas la planète de l’eau, la planète bleue ? eh bien, il s’avère que la plupart de cette eau n’est pas vraiment exploitable directement pour nous. Il n’y a pas que l’eau du robinet.



Enfin, c’est ce qui se dit.


À l’école, nous apprenons que 71% de la planète est recouverte d’eau. Environ 96% de cette eau est de l’eau très salée provenant des océans. Ensuite, environ 3% de notre précieuse H2O est gelée dans les calottes glaciaires et les glaciers. Et à peine 1% est de l’eau douce qui coule dans les ruisseaux, les rivières et les lacs. Pire encore, une partie de cette eau est stockée sous terre, dans l’atmosphère ou enfermée dans la biomasse.


Voilà, la crise de l’eau est bel est bien là !


Et si ce n’était qu’une partie du tableau ? Imaginez que la planète bleue était réellement faite essentiellement d’eau ? Et s’il existait un autre cycle (géo-)hydrologique fournissant de grandes quantités d’eau douce pure et potable juste sous vos pieds ? Peut-être allez-vous rejeter cette idée comme folle. Et vous ne seriez pas seul.


Il semble impensable qu’après tout ce temps, personne ne se soit manifesté pour présenter des preuves à ce sujet. Pourquoi ? Si c’était le cas, cela changerait la vie de centaines de millions de personnes dans le monde.


Mais attendez, ils l’ont fait !


En fait, de nombreuses publications scientifiques confirment l’existence d’eau stockée dans la croûte terrestre. Elle a été décrite comme de l’eau volcanique, de l’eau crustale, de l’eau juvénile ou ce que nous appelons l’eau primaire. Vous trouverez ci-dessous une partie des preuves scientifiques les plus récentes :


· 2022 Smithsonian Magazine – Comment le manteau terrestre envoie de l’eau vers la surface (How the Earth's Mantle Sends Water Up Toward the Surface) : « […] dans les premiers centaines de kilomètres sous la croûte, il y a un autre océan. C’est très probablement le plus grand océan du monde. »

· Etude de 2021 – Pluie du manteau vers la surface de la Terre : Un modèle pour le cycle interne de l’eau (Mantle rain toward the Earth's surface: A model for the internal cycle of water) : […] nous trouvons que ~ 1 masse océanique d’eau est stockée dans l’ensemble du manteau supérieur aujourd’hui. »

· 2020 Oxford Reference – A Dictionary of Geology & Earth Sciences : « eau juvénile ; eau originelle, formée à la suite de processus magmatiques. L’eau juvénile n’a jamais été dans l’atmosphère. L’eau magmatique peut se former en très grandes quantités. »

· Étude de 2019 – Le contrôle de la trempe des estimations d’eau dans les magmas de marge convergente (The quench control of water estimates in convergent margin magmas) : […] la teneur en H2O dissous pré-éruptif à l’aide de la modélisation pétrologique et géochimique ont été utilisés pour soutenir que certains magmas d’arc sont aussi hydriques que 16% en poids de H2O.

· Étude de 2018 – L’apport d’eau dans la zone de subduction des fosses des Mariannes estimé à partir des données sismiques de fond d’océan (Water input into the Mariana subduction zone estimated from ocean-bottom seismic data) : « Combinés aux estimations de l’eau crustale en subduction, ces résultats indiquent qu’au moins 4,3 fois plus d’eau subduit que ce qui avait été calculé précédemment […]. »

· 2017 – New Scientist : La planète Terre fabrique sa propre eau à partir de rien dans les profondeurs du manteau (Planet Earth makes its own water from scratch deep in the mantle) : « Nous montrons qu’il est possible que l’eau se forme dans l’environnement naturel de la Terre, plutôt que d’être d’origine extraterrestre. »

· 2015 – USGS : Un résumé rapide du cycle de l’eau (A Quick Summary of the Water Cycle) : « L’activité volcanique a continué et continue d’introduire de l’eau dans l’atmosphère, augmentant ainsi le volume des eaux de surface et souterraines de la Terre. »

· 2014 – Nature : Une minuscule impureté de diamant révèle les richesses en eau de la Terre profonde (Tiny diamond impurity reveals water riches of deep Earth) : « Un minéral jamais trouvé sur Terre indique un vaste réservoir dans le manteau. »

· Étude de 2002 – Des océans d’eau dans le noyau de la Terre (Oceans Of Water In The Earth's Core) : « Si le noyau contient ne serait-ce qu’un pour cent d’eau, cela représentera dix fois plus d’eau que celle présente dans les océans. »

· Et il y en a beaucoup plus…


L’édition 2006 de Earth’s Deep Water Cycle* (volume 168), publiée par l’American Geophysical Union, constitue une bonne lecture qui résume les conclusions soutenant la présence d’eau primaire.

*Le Cycle Hydrologique Profond de la Terre




L’idée révolutionnaire est que notre cycle hydrologique tel qu’il est enseigné à l’école n’est que l’un des deux cycles de l’eau existant sur la planète :


1. Le cycle de l’eau dans l’atmosphère est alimenté par l’énergie solaire

2. Le cycle primaire de l’eau (ignoré) entraîné par le cycle de l’eau profonde de la Terre


La croûte terrestre contient déjà du H2O. La zone dite de transition hydrique se trouve à quelque 600 km de profondeur dans le manteau, où tous les facteurs nécessaires de pression, de température et de catalyseurs concourent pour synthétiser l’hydrogène et l’oxygène afin de créer H2O sous toutes ses formes : comme cristaux dans notre roche mère et vapeur d’eau surchauffée. Cette vapeur sous pression est repoussée vers le haut par les failles et fissures de la croûte fracturée de notre planète, comme une « pluie du manteau ». En se refroidissant, elle redevient liquide. Voilà l’eau primaire !


Comment y accéder ?

Comme le montre l’image [2], l’eau primaire arrive parfois jusqu’à la surface, ce qui donne lieu à… une source naturelle ! Plus près de la surface, cette eau primaire recharge les aquifères souterrains par le bas, ce que le modèle standard refuse d’inclure dans ses modèles. Si nous regardons la littérature plus ancienne et les textes antiques, ce n’est pas une science nouvelle. En fait, l’eau primaire est exploitée depuis des millénaires. Cette source d’eau régénératrice est indépendante des précipitations, des sécheresses et de la contamination due à l’activité humaine. Pour la localiser, vous avez besoin d’un géologue expérimenté.


Nous avons développé une méthodologie pour localiser les puits d’eau primaires durables.


L’équipement d’exploration est léger et peut être déployé à pied, dans un véhicule et même sur drone, ce qui permet de couvrir efficacement de grandes zones. L’utilisation d’un compteur à scintillation gamma associé à un dispositif sismique passif permet d’identifier les failles et les fissures. Ils mettent en évidence les zones de fractures humides ou sèches et visualisent les zones souterraines de faiblesse mécanique. Le rapport final explique les cartes et profiles de données tout en fournissant des données sur les sites spécifiques sélectionnés pour le forage. Cela crée de la valeur pour le développement futur de la propriété.


Voici notre processus pour trouver l’eau primaire :

1. Produire gratuitement une carte préliminaire et une analyse de puits

2. Réaliser une étude géophysique sur le terrain

3. Mobiliser l’équipe et le matériel d’arpentage pour l’exploration du site

4. Collecter des données gamma et des données de résonance acoustique pour la recherche de modèles et de corrélations en profondeur.

5. Traiter les données sur place (vérification au sol des zones d’intérêt) et jalonner les sites de forage.

6. Documenter le travail avec des photos et des vidéos, démobiliser l’équipe et l’équipement.

7. Effectuer une analyse finale et une interprétation des données de terrain hors site.

8. Soumettre le rapport final (résumé) dans un délai d’une semaine

9. Faire le suivi pendant et après le forage du ou des puits, selon les besoins.




"Outre la pluie, il y a une autre espèce d'eau dont l'intérieur de la terre est trempée, de sorte que, étant chauffée, elle peut continuellement émettre de la vapeur, d'où résulte une grande et abondante force d'eaux." - Georgius Agricola (De Re Metallica, traduit de la première édition en latin en 1556)

Conclusion

Il existe une crise mondiale de l’eau. Mais cette crise n’est pas due à un manque d’eau. Elle n’est pas non plus due u fait que trop de gens ont besoin de beaucoup d’eau. La crise réside dans l’ignorance concertée des preuves scientifiques de l’eau primaire. Une source souterraine d’eau potable régénérable et durable, au moins 3 à 4 fois plus grande que les océans qui recouvrent cette planète. Si nous nous concentrions uniquement sur l’exploitation des puits d’eau primaire de notre Planète Bleue, nous pourrions mettre cette crise à l’eau, littéralement !

107 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page